Skip to content

Construction du premier mégaordinateur du monde basé sur la technologie des téléphones portables

April 19, 2012

La suprématie nord américaine et asiatique en matière d’ordinateur géant pourrait être menacée par le Barcelona Supercomputing Center- Centre National de Supercalculateur (BSC-BNS). En effet des chercheurs de l’Université Polytechnique de Catalogne (UPC) construisent ce qui sera le premier super ordinateur du monde basé sur des téléphones portables. Les super ordinateurs d’aujourd’hui utilisent la technologie des PC et mobilisent énormément d’énergie puisqu’il s’agit en fait d’un grand nombre d’ordinateurs ordinaires interconnectés entre eux. Le projet, baptisé Mont Blanc, vise à utiliser la moindre consommation énergétique des smartphones et tablettes, capables de fonctionner plusieurs heures sans être rechargés et sans produire de surchauffe, afin de construire un mégaordinateur plus économe.

Un financement de 14,5 millions d’euros sur 3 ans permettra la réalisation du projet Mont Blanc, desquelles 8,1 millions proviennent des fonds de l’Union Européenne. Les travaux de création de ce mégaordinateur énergétiquement efficient ont commencé en novembre 2011 et devraient aboutir en septembre 2014.

Actuellement une première version constituée à partir de 128 processeurs de téléphones portables est presque prête. Une seconde version plus puissante est attendue pour cet été et dans une troisième phase prévue pour la fin de l’année. Le prototype final devrait être construit par une entreprise. Le résultat sera un ordinateur gigantesque de nouvelle génération, dix fois plus efficace que les super ordinateurs les plus avancés existants.

Alex Ramirez, chercheur du projet Mont Blanc, se sent fier de travailler au sein du BSC-BNS sur ce projet mais regrette que peu d’entreprises espagnoles puissent bénéficier de ces avancées. ” La plus grande partie des entreprises partenaires sont étrangères et c’est à elles que nous transférons la technologie “. Et il ne le dit pas seulement par rapport au projet du nouveau super ordinateur mais de manière générale sur toutes les technologies déjà existantes au sein du BSC.

Bien que le BSC possède une technologie de pointe (El Mare Nostrum, en son temps 4ieme ordinateur le plus puissant du monde aujourd’hui relégué au 299ieme rang, le Mino Tauro 7ieme mégaordinateur le plus efficient du monde), il n’y a pas de tissu industriel existant dans le secteur de l’informatique de pointe. Sans l’existence d’initiative publique comme la création du BSC, la capitale catalane n’apparaîtrait pas dans le monde de l’informatique.

Dans le cadre du projet communautaire Mont Blanc, le principal associé du BSC est l’entreprise française Bull spécialisée en supercalculateurs. Les autres membres sont les entreprises anglaise ARM et Gnodal respectivement spécialisées sur les processeurs de tablettes et sur les réseaux d’interconnexion, deux centres de supercalculateurs allemand (Juelich et Leibniz-Rechenzentrum), l’agence de supercalculateur Genci et le CNRS, tout deux français, ainsi que le consortium interuniversitaire italien Cinesa.